La Golf affiche a longtemps réalisé des records en termes de vente en Europe, mais elle rencontre maintenant quelques difficultés depuis l’arrivée des SUV.

Volkswagen a enregistré des baisses de ventes entre janvier et octobre (11,3%) sur le marché européen, d’après les statistiques dévoilées jeudi par l’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea).

Il s’agit de la prouesse la moins forte du constructeur depuis 6 ans. Mais cela n’empêche pas l’automobile du peuple de continuer à régler en maître comparé à ses rivaux à savoir Renault et Ford qui occupent 7% du marché. Sauf que ses ventes stagnent à -0,6%, alors que le marché évolue à plus de 7%. Plus d’une année après avoir éclaté au grand jour le scandale des logiciels trompeurs installés sur les moteurs diesel, a impacté négativement l’image et les avantages de la marque allemande, mais pas seulement, car il y a aussi d’autres éléments.

Pour le cas de la Golf, le cabinet IHS indique qu’elle conserverait sa place en termes de meilleure vente en Europe (350 000 voitures).

« Elle dépasse les espérances et demeure une marque unique très célèbre » estime, juge Carlos Da Silva d’IHS. Quant au constructeur, il mise pour le « facelift » de la Golf lancé depuis le début du mois avec surtout une nouveauté technologique en augmentation avant le lancement sur le marché de la nouvelle Golf électrique. « Grâce aux nouveautés nous pourront redécoller »juge Thierry Sybord, directeur de Volkswagen France.

Mais en scrutant la portée de la compacte à l’échelle européenne et comparé à ses concurrents, on remarque que le modèle est en train de s’user sur le terrain. Au mois d’octobre, Jato Dynamics expliquait que la Golf n’avait plus qu’une avance de 5.000 voitures sur la Fiesta de Ford. « Même si elle est reconnue comme la voiture la plus vendue en Europe, la Golf est perd progressivement son autorité », soulignent les spécialistes de Jato.

Elle se trouve sur un segment qui s’essouffle, car IHS, les révèle que ventes de berlines « hatchback » ont chuté de 40 % entre 2007 et 2014, rien qu’en Europe de l’Ouest.

Pour Philippe Houchois, expert chez Jefferies, « la compacte représente les problèmes profonds du constructeur allemand ».

Or maintenant ce sont les SUV qui font la loi en Europe, un marché sur lequel, Volkswagen tire son épingle du jeu sur ses modèles classiques et compte lancer son premier crossover en 2017.

Partagez

A propos de l'auteur

Charline

Charline, mère au foyer et passionnée de nouvelles technologies. N'hésitez pas à discuter avec moi !

Commentaires désactivés