bLes bourses de Lisbonne, Madrid, Paris, Milan, Londres, Francfort, Athènes, … nagent ce lundi dans plusieurs incertitudes portant sur l’avenir de la Grèce dans la zone euro, les cours du pétrole qui n’arrêtent pas de baisser et la crainte de déflation en Europe.

Les principaux indices comme le CAC 40 français ou le Dax allemand enregistrent des baisses considérables.

La Bourse de Paris a clôturé en forte baisse ce lundi à -3,31%. Le CAC 40 qui renvoie à l’image des cours des 40 plus grosses entreprises cotées a replié de 140,93 points, à 4111,36 points, dans un volume d’échanges nourri, de 4 Mds€. Vendredi, il avait baissé de 0,48%. Dans la liste des grands marchés européens, il y a Francfort qui a perdu 2,99%, Milan 4,92%, Londres 2,00% et Madrid dépassant 3%. «C’est la véritable rentrée en termes de volumes d’échanges et l’année commence avec difficulté», explique Xavier de Villepion, marchand d’actions chez HPC.

Les valeurs pétrolières dans la tourmente

L’indice de Paris a réagi face à l’évolution du prix du pétrole qui continuait à chuter à New York à ses niveaux les plus bas en six ans, ce qui représentait un poids particulièrement pour Total, l’une des plus grandes entreprises du CAC 40. « La chute du pétrole est anxiogène pour les marchés car elle se fait à une vitesse extrêmement impressionnante, fragilisant les places de certains fonds » d’après Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Les élections en Grèce font trembler les marchés

La zone euro est sème le doute dans les marchés, surtout les investisseurs américains, tandis que l’euro chute d’avantage sous les 1,20$. « La zone euro est obsédée par deux sujets à savoir la présumée sortie de la Grèce de l’euro et l’asthénie de l’inflation en Allemagne » représentant d’une économie en difficulté dans la région indique Xavier de Villepion.

Après la dissolution mercredi du Parlement grec, des campagnes ont été ouvertes et plusieurs tractations politiques ont été lancées à l’approche des législatives qui se tiendrons le 25 janvier qui pourrait recréer des tensions dans la zone euro au cas où le parti de gauche radicale Syriza remportait les élections..

Partagez

A propos de l'auteur

Charline

Charline, mère au foyer et passionnée de nouvelles technologies. N'hésitez pas à discuter avec moi !

Commentaires désactivés