lazAvec Rothschild, la banque indépendante vient détrôner les banques américaines qui occupaient la première place l’an passé. BNP Paribas, support du financement des groupes français, occupe toujours la seconde place du classement.

Malgré l’explosion des grands plans en France à 245 milliards de dollars n’a pas suffi à calmer les banquiers d’affaires. Disons que le marché de l’hexagone est celui où l’on remarque qu’il ya plus de concurrence. Il n’existe nulle autre endroit où des banquiers d’affaires affrontent quatre géants du financement traditionnels financement très protecteur de leurs liens avec les brillantes industries françaises. Et même si la taille du marché a doublé, en moyenne, nombreux sont les acteurs qui n’ont en pas profité.

Ceux qui occupent la première place du classement ont multiplié par trois la valeur des transactions qu’ils ont conseillées.

La part de marché des maisons autonomes a presque doublé à 30 %

Cependant, BNP Paribas qui occupe toujours la deuxième place du classement en France n’est pas toujours entourée par les géants américains leaders en Europe, mais, Lazard et Rothschild, deux grandes entités de conseil indépendantes.

Lazard a pris la tête du classement Thomson avec

La première a décroché la tête du classement Thomson avec 127,6 milliards de dollars de transactions conseillées (54). « Nous ne sommes pas la première place par hasard, dit sans complexe Matthieu Pigasse, PDG de Lazard en France. Elle a été gagnée au prix d’un effort important.

C’est grâce à une équipe responsable, coordonnée, qui travaille en groupe et se donne à fond dans la durée envers toutes les entreprises, peu importe leur taille. » De façon claire, la période qui a vu ses banquiers se livrer une bataille interne « fait partie du passé ». Avec un peu plus de d’échanges, l’autre maison française, Rothschild, clôture la liste des trois têtes de file, avec un total de 114 milliards de dollars. Globalement, la part de marché des maisons indépendantes a pratiquement doublé à 30 %, juge la banque.

La nouvelle vague de cadres français va rejouer sa partition
L’ascension des maisons indépendances est expliquée par plusieurs aspects. Tout commence par la fidélité, car « nous obtenons notre bénéfice années d’accompagnement particulièrement pendant la crise » déclare Cyril de Mont-Marin, associé chez Rothschild qui a accompagné cette année Bouygues sur SFR et dans la cession d’Alstom et de Lafarge. Ces rapports ont été d’un grand apport également dans une variété d’opérations de débouclage comme c’est le cas avec Nestlé et L’Oréal. Parmi les grandes industries françaises, BNP Paribas a été un grand bénéficiaire.

Partagez

A propos de l'auteur

Charline

Charline, mère au foyer et passionnée de nouvelles technologies. N'hésitez pas à discuter avec moi !

Commentaires désactivés